Les dragons, ces créatures légendaires présentes dans toutes les mythologies du monde…

 

J’avoue que je n’ai pas su résister à l’envie d’en utiliser dans mon premier roman, Les Sorcières de Salers.

Si vous souhaitez en savoir plus…

 

Que sont les Dragons?

Les représentations des dragons à travers les âges ont toujours été plus ou moins les mêmes. A savoir un corps reptilien recouvert d’écailles, doté de quatre pattes griffues, souvent pourvu d’ailes mais pas toujours, possédant une tête surplombée de cornes et une gueule pleine de crocs crachant le feu. Bon, c’est vrai que présenté comme ça, l’animal n’a pas l’air des plus engageant et il n’est pas étonnant qu’il ait autant enflammé les imaginations au fil du temps.

Dans l’antiquité, le dragon était une entité sage et vénérable qui gardait de fabuleux trésors de la convoitise humaine et distribuait richesses aux méritants. Son image s’est ensuite détériorée pour rester collée aux clichés de l’Europe Médiévale qui dépeignent les dragons comme des êtres maléfiques, ravisseurs de jeunes vierges.

Dans nombre de pays pourtant, notamment en Asie, le dragon a gardé ses lettres de noblesses. En Chine, il est vénéré en tant que symbole de vie et de puissance, puis se fait protecteur et sage au Japon. Les dragons de la mythologie extrême orientale sont liés aux éléments, ils en contrôlent la force et l’essence, éternels symboles de la puissance des forces de Dame Nature, ils peuvent êtres à la fois bénéfiques et dangereux.

Pourquoi un Dragon du Japon ?

Dans Les Sorcières de Salers, je m’intéresse aux dragons japonais, le Ryū, et au clan des dragons volants plus précisément. Pourquoi un tel choix ? D’abord parce que je voulais réunir deux mondes dans mon roman. L’aventure que j’ai écrite contient beaucoup de références à la mythologie japonaise et le dragon, tel qu’il est dépeint au Japon, allait comme un gant au personnage que j’avais en tête. Mon imagination a fait le reste et tout s’est imbriqué pour former le premier tome des péripéties de mes sœurs sorcières.

Aujourd’hui, le dragon reste très présent dans la culture japonaise et pas seulement au niveau de la mythologie. Nombre de sanctuaires, d’autels et de fêtes lui sont dédiés. Le plus célèbre temple de cet animal fabuleux, situé à Itsukushima, est devenu un point de pèlerinage incontournable pour ceux qui vénèrent les dragons.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les derniers articles par Virginia (tout voir)